L’Acné : remède et info

Cette maladie de peau bénéficie de traitements efficaces et peut parfois être guérie.

L’acné affecte huit adolescents sur dix, dont près de deux de façon sévère. Mais les adultes, les femmes notamment, sont de plus en plus concernées: on estime que près d’un quart des femmes de 25 à 40 ans en souffrirait.

Les raisons en sont mal comprises. Ce serait probablement lié à notre mode de vie: stress, pollution, cosmétiques inadaptés, peut-être grande consommation de produits sucrés … L’acné sévère ne se réduit pas à quelques points noirs ou blancs .. . En être atteint, c’est afficher de nombreux gros boutons rouges sur l’ensemble du visage, dont certains · forment même des « bosses» douloureuses. L’atteinte du dos ou du torse est courante. Non prise en charge, cette acné persiste. Or, même avec de tels symptômes invalidants, près de deux personnes sur dix ne consultent pas un médecin.

L’entourage a un rôle à jouer

Parents d’ados, ou conjoints de personnes atteintes, faites attention à ne pas sous-estimer cette affection. Pour les acnéiques, c’est une maladie dont il est difficile de parler car elle renvoie à l’image et à l’estime de soi. Et souvent, l’impact psychologique n’est pas évalué à sa juste valeur. D’où l’absence de consultation.

Si votre adolescent en parle, il faut l’accompagner dans une démarche de prise en charge, prendre rendez-vous pour lui. Mais s’il ne se plaint pas, il faut vous méfier, vous inquiéter,car ce sont souvent ces ados-là qui sont en dépression. Une chute des résultats, un isolement avec un refus de dialogue, un refus des activités habituelles, des troubles du sommeil ou de l’alimentation sont des signes d’alerte.

On peut prévenir les répercussions Selon une enquête Pierre Fabre/ CSA Santé, l’acné sévère peut être vécue comme un problème catastrophique, comme un handicap.

Ainsi, le retentissement psychologique et l’impact sur la qualité de vie peuvent être comparés à ceux de maladies chroniques graves telles que le diabète, le cancer ou l’épilepsie. Les boutons affectent la vie quotidienne. À l’adolescence où l’apparence compte tant, où s’acquiert aussi la confiance en soi, l’acné peut gêner le développement psycho-social du futur adulte.

Nombre de jeunes éprouvent des sentiments d’angoisse qui se traduisent par de fréquents symptômes dépressifs : 15 % des acnéiques ont des idées noires. À l’âge adulte également, les retentissements psychologiques sont importants, avec des conséquences dans le milieu professionnel. Avoir des boutons sur le visage peut générer une anxiété, un isolement, une dépression. En outre, l’acné sévère non traitée peut provoquer des cicatrices définitives.

Les traitements adaptés

Pour une acné sévère, consultez un dermatologue plutôt qu’un médecin généraliste. Ce spécialiste expert de la peau assurera une prise en charge globale de votre problème. Les traitements locaux en effet ne suffisent pas, de même que la prise d’une pilule contraceptive dite anti-acné.

Souvent, le dermatologue prescrit d’abord un traitement antibiotique, à base de tétracyclines, pour trois mois. Ces médicaments ont une double action : antibactérienne et anti-inflammatoire. Un mieux est constaté en général après quatre semaines, ce traitement améliore la majorité des acnés. En cas d’échec de ce traitement bien suivi, ou d’emblée en cas d’acné sévère avec risque de cicatrices, un médicament à base d’isotrétinoïne est utilisé. Cette molécule « marche » très bien, même s’il y a parfois une aggravation le premier mois: elle diminue la production de sébum, est anti-inflammatoire et normalise l’état de la peau. Elle est employée en général pendant trois à six mois à doses fortes, ce qui limite le risque de récidive.

Près de neuf personnes sur dix sont d’ailleurs guéries définitivement après ce traitement. Cette prescription d’isotrétinoïne est très réglementée. Elle nécessite une consultation mensuelle pour la renouveler et surveiller les possibles effets secondaires. Une contraception doit être instituée un mois avant la prescription et se poursuivre un mois après son arrêt du fait que cette molécule peut entraîner des malformations du foetus. Un contrôle d’absence de grossesse sera alors effectué chaquemois par analyse de sang.

Des risques d’idées dépressives au cours du traitement sont aussi avancés en raison de l’influence de l’acné surie plan psychologique. Un suivi mensuel permettra au dermatologue d’assurer une vigilance à cet égard. Enfin, l’isotrétinoïne provoque souvent une sécheresse de la peau et des muqueuses. Un désagrément facilement corrigé par l’application d’une crème hydratante, d’un stick sur les lèvres, de larmes artificielles, quand on porte des lentilles … Très efficace, ce traitement apporte un réel bénéfice et évite les séquelles de cicatrices.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *