Eczéma chez le bébé : causes et traitements

L’eczéma est une maladie de la peau qui affecte les enfants allergiques et particulièrement les nourrissons. Il s’agit d’une forme d’allergie, que l’on trouve dans certaines familles.

La fréquence est plutôt élevée : aujourd’hui, les statistiques médicales avancent le chiffre de 20% chez les enfants, alors qu’il y a trente ans, le phénomène concernait moins de 5% de cette population. Voici donc une maladie qui devient presque courante sans que l’on ne sache vraiment les raisons précises pour lesquelles le phénomène explose, en particulier chez les bébés.

L’eczéma est ressenti comme une véritable plaie par celles et ceux qui en souffrent. Les allergies sont de plus en plus fréquentes, et l’eczéma est intimement lié à ce phénomène. Ce sont surtout les enfants qui en sont victimes et là encore, l’augmentation des cas a été forte ces dernières années. Un mal à ne pas négliger, car les traitement existent, même si certains apportent plutôt un soulagement qu’une vraie guérison.

Les premières victimes : les enfants

Les enfants, et les bébés en particulier sont les plus touchés. Un vrai crèvre-coeur pour les parents qui voient leur tout-petit couvert de rougeurs, même si chez certains, seules de petites zones sont concernées. On désigne cette maladie par l’intitulé « eczéma atopique du nourrisson ». Il s’agit de la plus fréquente. L’origine est souvent héréditaire, on peut ainsi faire partie d’une véritable famille « d’atopiques ». Cela concerner les parents, mais il faut aussi regarder du côté des grands-parents et des cousins.

Les zones les plus concernées sont le visage, souvent les plis des articulations des bras et des jambes, parfois malheureusement c’est presque tout le corps qui est touché. Heureusement, cela passe souvent naturellement après 3-4 ans. Mais il faut parvenir à gérer la période où l’enfant est atteint. Chez certains enfants, il y a présence de petits boutons sur certaines zones du corps sans que cela ne se transforme pour autant en eczéma. Le terrain est favorable, mais le seuil de déclenchement reste élevé et cette dermatite ne signifie nullement qu’une allergie va se manifester vraiment un joue.

Les adultes aussi

Les adultes sont parfois aussi concernés avec ce que l’on nomme l’eczéma allergique de contact. Il s’agit souvent d’une éruption réactive à un élément extérieur : bijoux fantaisie, vernis à ongles, certaines crèmes cosmétiques. L’aspect est souvent différent : cela ressemble à un urticaire avec de petites vésicules remplies d’un liquide, et les démangeaisons sont fortes. Chez l’adulte, il peut s’agir de crises chroniques, parfois aiguës.

Lorsque les vésicules éclatent, des croûtes se forment qui mettent une à deux semaines à guérir en laissant de petites traces. Il est important de ne pas les toucher, même si cela est difficile.

Il s’agit de trouver le responsable de l’allergie pour pouvoir trouver une solution. Ce qui n’est pas toujours simple même avec les tests. D’autant que les personnes concernées ont des difficultés à comprendre qu’une allergie puisse soudain se manifester à cause d’un produit qu’elles supportaient auparavant sans problème. Mais il semble y avoir une sorte de palier à ne pas dépasser. On retrouve la même chose avec les piqûres de guêpes ou certains médicaments : on peut se faire piquer plusieurs fois sans aucune conséquence et avoir soudain un choc suite à une piqûre d’insecte. Avec les médicaments, il en va de même.

Un mal à soigner

L’eczéma est une allergie dans son fonctionnement. Au départ, il y a un emballement au niveau des anticorps, tout à fait classique : en réaction à un aliment, aux pollens, aux acariens, etc. On retrouve ainsi dans les résultats de la prise de sang un taux élevé d’anticorps (immunoglobulines). Mais dans le cas de l’eczéma, l’action des anticorps va être suffisamment forte pour affecter la peau.

Chez les bébés, c’est le lait de vache qui est le premier soupçonné, il est donc assez classique que l’on change pour du lait de soja. Le souci est qu’il peut y avoir plusieurs origines à l’allergie, car ces enfants ont un terrain très favorable. De plus à cet âge, il est difficile de procéder à une désensibilisation.

Le diagnostic est assez simple à poser de par les signes cutanés. Il s’agit d’éliminer les causes possibles une à une. Le lait de vache, les acariens, la poussière, parfois certains vêtements sont souvent incriminés chez les enfants.

Les test allergiques

Pour les allergies de contact des adultes, on utilise parfois les timbres. Chacun d’entre eux est enduit de la substance soupçonnée et l’on attend quelques jours afin de voir s’il y a une réaction. Parfois, quelques heures peuvent suffire. Les cas sont assez fréquents chez certaines professions : les personnes travaillant dans des parfumeries, les coiffeurs, les peintres, les teinturiers… Chez les plus petits, il est possible d’utiliser ces timbres afin de tester les principales causes connues, telles que les lessives, savons, mais aussi des aliments.

Chez les adultes en priorité, d’autres tests épidermiques se font par une mini piqûre et sont surtout utilisés pour les agents très allergènes. La réaction est généralement très rapide. Nombre de patients adultes vivent avec leur allergie lorsqu’elle se manifeste par de simples rhinites. Il ne faut cependant pas négliger le phénomène, car il peut mener dans certains cas exceptionnels à un choc anaphylactique.

Dans le cas de l’eczéma cependant, les symptômes sont véritablement gênants lorsque les zones véritablement gênants lorsque les zones concernées sont étendues, c’est alors que les patients vont chez le médecin. Pour les enfants, cela est plus rapide, les parents consultant généralement rapidement dès qu’ils constatent un souci chez leur bébé. Cet eczéma de l’enfant n’est pas extrêmement dangereux en tant que tel. A terme, le risque principal est que la peau soit abîmée, car les démangeaisons sont très importants.

Les autres types d’eczéma

Au-delà des dermatites atopiques des enfants ou des eczémas de contact (contacts qui peuvent être éloignées, puisqu’il peut s’agir du soleil par exemple), il existe aussi des formes particulières moins fréquentes. Il peut ainsi s’agir d’une allergie à un élément que l’on peut considérer comme interne, ce qui n’est pas simple à gérer : un amalgame dentaire, un stérilet, voir une prothèse ou un pacemaker, ce qui provoque des conséquences parfois importants. Il faut bien entendu être absolument certain du diagnostic.

L’eczéma peut aussi être lié ) des microbes et plus globalement des champignons :

  • les champignons sur les ongles
  • levures
  • teignes sur le cuir chevelu,
  • staphylocoques..

Le traitement adéquat

Chez les bébés, on s’en tient souvent à des traitements à base de crèmes permettant de mieux hydrater la peau et de calmer les démangeaisons. Les médicaments sont parfois utilisés, là aussi sous forme locale. Il s’agit de corticoïdes, même si cela n’est pas possible pour tous les enfants. Ces crèmes sont surtout efficaces lorsqu’il y a des poussées. Le traitement est assez long, car il faut monter en douceur et arrêter également de façon progressive. Au-delà des crèmes traitantes, il convient également d’appliquer des crèmes hydratantes, car la peau devient très sèche.

L’hygiène est particulièrement importante pour ces cas. Des antihistaminiques sont souvent ordonnés. Certains médecins recommandent d’utiliser de l’eau thermale, voire de faire des cures lorsque l’eczéma est sévère ou que le bébé supporte mal les médicaments.

Avène-les-Bains est l’un des principaux centres thermaux qui accueille les tout-petits ) partir de six mois. La plupart du temps, les parents constatent une amélioration dès la première cure. Dans ce cas, les soins sont très doux : bains, douches localisées, pulvérisations. L »eau est aussi utilisée pour la confection des biberons.

Plusieurs cures peuvent être faites. Les autres grands centres thermaux spécialistes du sujet sont la Bouroule, la Roche-Posay, Uriage et d’autres.

Quelles suites pour l’enfant ?

Même si les médecins rappellent que ces allergies disparaissent entre l’âge de 2 et 4 ans dans quasiment tous les cas, il faut quand même être vigilant. Y compris quand l’eczéma a cessé, car nombre de ces enfants ont un terrain favorable qui pourra se réveiller plus tard. Il convient de surveiller particulièrement tout symptôme qui pourrait faire penser à l’asthme, ou tout simplement de la rhinite ou conjonctivite allergique.

La peau peut ainsi rester sèche, un peu rugueuse au toucher. On retrouve ce que l’on nomme de la kératose pilaire : chez les enfants, ou adolescents, on peut facilement reconnaître ce type de peau en passant la main sur leurs joues, sur la face externe des bras, parfois sur les fesses, ou autour des yeux. Il arrive que cela ne soit pas très importante et que les manifestations restent stables, sans qu’il n’y ait de démangeaisons ou d’autre problème. Il suffit dans ce cas d’apposer des crèmes très hydratantes spécifiques que l’on trouve en pharmacie et parapharmacie. Dans ces cas, il faut faire attention aux vêtement portés et se changer en cas de transpiration. Il n’st pas rare que ces patients soient atteints d’herpès, de mycoses pendant leur vite même su les dermatites atopiques ont tendance à disparaître avec les années.

Chez les adultes, les prick-test (mini piquûres) sont souvent effectués et les traitement utilisent surtout :

  • des antiseptiques pour bien nettoyer les peaux touchées.
  • – des savons surgras et peau d’eau à la toilette  sur ces zones.
  • parfois des antibiotiques.
  • et si besoin des cures thermales.

Quelle prévention ?

La prévention ou plutôt les précautions sont envisageables pour les enfants si l’on sait que la famille est sujette au problème. L’allaitement maternel est ainsi fortement recommandé dans ce cas, car le lait en boîte est souvent incriminé. Or, il n’y a pas d’allergie au lait de la mère. S’il peut durer pendant six mois, voire plus, cela est évidemment plus simple pour l’enfant si ce n’est l’est pas pour la mère, d’autant que celle-ci doit éviter de consommer certains aliments tels que crustacés, produits laitiers, œufs ou cacahuètes.

La prévention est donc parfois difficile, mais les précautions sont possibles qui évitent l’eczéma aigu. Chez les enfants, s’il est difficile de prévenir la survenue de l’eczéma du nourrisson, il est important de consulter un spécialiste dès que possible, car il faut au plus vite adopter les bons gestes et réflexes. Et faire preuve de patience.

Annuaire et Agenda des thérapeutes, des praticiens et des professionnels du bien-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *